mercredi 31 décembre 2014

" CAPTIVANT 3 ! "



    Et voilà! la troisième édition de Captivant est sortie: au choix, on peut la lire pour bien terminer l'année, ou alors pour bien commencer la nouvelle : cette édition qui a plus de pages que les 2 premières, comporte quelques histoires de l'époque, qui n'avaient pu être inclues faute de place à ce moment-là: donc youpi, Rick Bennett est de retour et la 3 ème histoire de Gègène a enfin rejoint les 2 premières.
La couverture est un peu bizarre suite à un "bon goût" excessif de l'éditeur, mais le reste est correct, et comme aurait dit Chaland entre deux gorgées de cacao: "Captivant, ami, partout, toujours!" 




5 commentaires:

Nick Tyler a dit…

Je me souviens parfaitement du jour où Chaland a prononcé les paroles évoquées. Il était assis sur un canapé qu'avec Isabelle, ils venaient de chiner à prix fort. Il tenait à main droite une tasse de cacao, et plus précisément de Cécémel chaud, et dans l'autre (la gauche donc) un Chamonix, délicatement sorti de son emballage d'alu.
Il a mâché consciencieusement son gâteau et a ensuite parlé. Pour la postérité.

Gageons que les historiens de la Bande Dessinée (que nous saluons au passage et plus si affinités) ne s'offusqueront pas trop de voir dans Captivant des planches parues postérieurement à la première édition. Car après tout, en effet, Captivant, partout, toujours.

Bedrock Son a dit…

merci pour ces précisions historiques, quant aux histoires postérieures à la sortie du premier "CAPTIVANT", au pire des histoires ont pu être faites qq mois plus tard (Gégène 3") mais par exemple "Rick Bennett" a été la toute première histoire du tandem, publiée dans Metal Hurlant en janvier 1988 !

Bedrock Son a dit…

je voulais dire... en janvier 1978 .

Anonyme a dit…

En quoi la couverture est-elle bizarre ? Si ce n'est que dans mes souvenirs elle était tramée... Plus de détails sont bienvenus !

Bedrock Son a dit…

oui, les trames ont été uniformisées, et comme il y avait une trame noire aussi, il y a eu un détourage de tout le dessin, dézingant sérieusement la qualité du trait, bien bouffé, mais je ne pense pas qu'un éditeur d'aujourd'hui soit à même de faire la différence ... et en plus on a eu droit à cette "merveilleuse" originalité du pelliculage mat, quasi obligatoire aujourd'hui.